Emily Guedj
Sophrologue à Strasbourg
Sophrologue à Strasbourg

Vaincre les croyances limitantes avec la sophrologie

C'est quoi une croyance limitante?

Pour commencer, une croyance se définit comme une action. C’est le fait de croire qu’une chose est vraie.

Une croyance limitante, c’est rajouter une limite dans une croyance.

Par exemple : croire que nous sommes mauvais en mathématiques est une croyance limitante. Pour nous, cette croyance est vraie, et nous croyons dur comme fer être mauvais dans cette matière.

 

Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire ?

 

  • « Ne fais pas ça! »
  • « Arrête de faire ça, c’est pas bien! »
  • Pourquoi tu n’aimes pas les haricots verts? Tout le monde aime les haricots! »
  • « Tu es bête »
  • « Tu n’y arriveras jamais »
  • « Tu aurais pu faire mieux! »
  • « Tu n’es capable de rien »

 

Nous nous persuadons nous-même que nous sommes mauvais dans un domaine.

Nous nous sous-estimons.

Nous ne nous croyons pas capable d’accomplir quelque chose.

 

Une fois bien ancrée, une croyance limitante, limite vos pensées.

Comment se construisent nos croyances limitantes?

Comme une opinion, une croyance se construit comme une valeur.

Cela peut venir de l’éducation, de l’école, de la société, des échanges que nous avons avec les autres ou de nous-même.

Nous avons besoin d’opinion, de croyance et de valeur pour pouvoir percevoir le monde et l’appréhender.

On parle de croyances limitantes, parce que certaines croyances sont de véritables obstacles pour agir librement et avancer. Une croyance impacte notre performance, notre réussite, notre développement et notre accomplissement.

 

Comme évoquée plus haut, une croyance se transmet par héritage et par expérience. Elle résulte de la persuasion.

 

Par exemple, si un parent exprime régulièrement son inquiétude face au surpoids de son enfant. L’enfant peut se persuader d’être en surpoids. Il aura alors une image de lui-même biaisée. Une croyance limitante qui ne vient pas de sa propre pensée, mais bien de son entourage et de ses échanges. Il sera alors persuadé d’avoir un problème de poids, alors que ce qu’il a entendu n’était que l’inquiétude de ses parents. Il peut à l’avenir se dévaloriser, ne plus croire en ses capacités, ni en lui-même.

 

Les mots ont énormément de pouvoir. Ils sont créateurs et porteurs de sens. C’est par les mots que les croyances existent.

 

Par exemple, Julie a huit ans lorsque son père pour la première fois lui exprime qu’elle est débile parce qu’elle a ramené une note moyenne à l’école. Pendant le reste de sa scolarité, son père continue à affirmer qu’elle est mauvaise à l’école. Les résultats de Julie sont en baisse, car elle ne croit plus en ses capacités.

 

Encore aujourd’hui, beaucoup de personnes pensent à tort et à travers qu’il n’existe qu’une forme d’intelligence, le QI, le fait d’avoir une culture générale.

 

Pourtant, il existe de nombreux types d’intelligences. L’intelligence émotionnelle ou l’intelligence musicale par exemple.

Par cette simple croyance, beaucoup de personnes peuvent ne pas se croire intelligents parce qu’ils ne rentrent pas dans la norme de la société.

Ils ont alors une croyance limitante. Celle d’être moins intelligent que les autres.

Ce qui les empêche de croire en leur potentiel et en leurs capacités.

La sophrologie comme précieuse aide

La sophrologie est une méthode psychocorporelle ( « psycho » pour l’esprit, « corporel » pour le corps).

Elle vous aide à travers divers exercices à reconnecter votre corps et votre pensée. Vous vous reconnectez à vos besoins, à vos ressentis. Vous réapprenez à écouter votre corps en restant en accord avec votre pensée.

 

Cette méthode travaille sur l’acceptation de soi, la bienveillance que l’on peut se porter. Apprendre à croire en soi, à reconnaître vos capacités est une précieuse aide pour diminuer les croyances limitantes.

 

Vous devez travailler sur votre image, les échanges et l’éducation que vous avez eu.

Cette étape est longue mais primordiale, car vous décomposez et détruisez votre image, qui au final n’est pas la vôtre.

Vous pouvez alors vous construire une idée de vous, qui est plus juste.

 

Pour entamer ce travail, écoutez-vous!

Ecoutez les émotions qui vous parcourent dans la journée.

Pourquoi les avez-vous ressenties?

Comment?

Quand?

A quel moment?

 

Le fait de commencer à s’écouter permet de prendre du recul sur ses pensées. Vous serez davantage capable de déceler vos pensées et vos croyances limitantes.

 

Avec le temps, vous finirez par vous en séparer.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.